•  

    Les élus socialistes ayant déjà compris qu’ils ont perdu la région Nord Pas de Calais, envisagent la création d'une méga communauté urbaine pour se créer une enclave, et surtout des sièges d’élus (enfin pas au suffrage universel, ce serait absurde de risquer de perdre aussi ces élections)…

     

    Vous n’en avez pas entendu parler ?

    C’est vrai qu’il faut être très observateurs et à l’affut de tout, car ces petites cuisines politiciennes se font dans le plus grand secret !

     

    Les communautés d’agglomération d’Artois Comm (déjà fusionnée avec celle de Noeux et environs)  d’Henin-Carvin et de Lens-Liévin veulent constituer un « Pôle métropolitain de l’Artois », bien entendu sans demander l’avis des 600.000 habitants.

    Le siège de ce « bidule » comme aurait dit Charles De Gaulle, sera à Loos-en-Gohelle et le Président sera… le Maire de Lens.

     

    Et tout cela à moins d’une semaine des élections régionales à propos desquelles on explique à grand renfort de presse « impartiale » (tu parles Charles) que la « démocratie serait en danger si… »

    Donc on résume, ce serait absurde de ne pas tout comprendre :

    Pour préserver la démocratie, les élus d’un seul parti décident dans le plus grand secret qu’ils vont créer une superstructure qui dépensera l’argent public, mais dont les responsables qui cumuleront avec d’autres fonctions politiques rémunérées, ne seront pas élus au suffrage universel direct.
    Selon les quelques personnes qui ont réussi à s’informer, le siège de cette structure aux prérogatives encore inconnues et les postes sont eux aussi déjà choisis,  sans demander l’avis ni des électeurs ni des élus des autres formations politiques.

     

    En cette période où les « opposants » locaux ont à peine fini l’écriture de leur message suite aux attentats, ou sont soit en plein dans les élections régionales, soit pensent à vous souhaiter un « joyeux Noël » en avance, il faudra attendre que tout soit décidé dans notre dos pour en parler.

    Espérons que 3 ou 4 lignes suffiront et seront plus efficaces que des phrases interminables pour alerter les citoyens…

     

    En attendant, on verra bien dimanche où nous en sommes avec la démocratie…

     

     


    votre commentaire
  •  

    La côte de popularité du président ainsi que celle du premier ministre augmentent après les attentats !

     

     

    C’est absurde,... mais les personnes interrogées semblent avoir oublié :

     

    Le million de chômeurs supplémentaire depuis mai 2012 (toutes catégories confondues).

    Les retraites payées avec des mois de retard et la baisse considérable du pouvoir d’achat de retraités... et de nombreux salariés aussi d'ailleurs.

    La réforme des rythmes scolaires destructrice et discriminatoire.

    La réforme du collège sans concertation et son nivèlement par le bas.

    La politique vis-à-vis des personnes en situation de handicap inadmissible.

    Les augmentations de taxes et impôts considérables suivie de « la pause fiscales »...enfin, pour les élections départementales et régionales 2015.
    Ensuite, ne pas réver, ils ont bien parlé de
    « la pause ».

    Le désengagement financier de l’Etat auprès des collectivités locales et l’augmentation des impôts locaux (qui sera encore plus forte en 2016).

    Les hectares de zones naturelles qui seront détruits pour construire un aéroport inutile.

    L’augmentation importante du nombre de morts sur la route depuis 2013.

    Les criminels libérés de prisons, et le manque de moyens dans les services de l’Etat (police, justice…).

    Le sentiment d’insécurité au quotidien, avant même les attentats.

    Les comptes dans les paradis fiscau, les « erreurs » dans la déclaration d’impôts ou de patrimoine, et autres affaires judiciaires de personnalités politiques…

    .......

     


    votre commentaire
  •  

    En signe de soutien aux familles de victimes des attentats du 13 novembre, chaque Français était invité aujourd'hui à mettre du bleu blanc rouge à sa fenêtre ou à son balcon.

    Avec la pénurie de drapeaux, on fait comme on peut, on soutien…

     

    soutien gorge bleu blanc rouge humour

     

     


    votre commentaire
  •  

    Noiraude humour Allo Sisyphe, la Noiraude à l’appareil…..

    Sisyphe absurde Tiens... la Noiraude, ton docteur n’a plus le téléphone ?

    Noiraude humour C’est pas ça, mais je me posais une question.

    Sisyphe absurde Vas-y la noiraude !

    Noiraude humour Pourquoi tu ne fais pas plus d’articles sur les absurdités politiques ?

    Sisyphe absurde Comment cela ?

    Noiraude humour Oui.... à chaque fois qu’un homme ou une femme politique dit, fait ou décide quelque chose d’absurde, tu devrais écrire un article pour le blog de l’absurde.

    Sisyphe absurde A chaque fois ? Mais je ne fais quand même pas faire plusieurs articles par jour !

    Noiraude humour Ou alors s’il y a plusieurs absurdités par jour, tu choisi une absurdité par jour, comme certains partagent une recette de cuisine ou une histoire drôle… comme un éphéméride quoi !

    Sisyphe absurde Ah oui, je vois… « L’éphéméride des absurdotés politiques »… il y a de l’idée la Noiraude !

    Noiraude humour Ba oui, je ne suis pas complètement folle !

    Heu... Je vais réfléchir à cette idée... En attendant, tu peux toujours t’abonner à un autre éphéméride, comme moi je le suis depuis quelques mois. Il propose un ou plusieurs événements du type anniversaire du jour ou fait historique du jour.

    Je t’envoie le lien par mail, tu n’auras qu’à cliquer sur le hibou :

     

     

    Finalement, un éphéméride sur les absurdités politiques ou sur la politique, cela demande de continuer pendant au moins un an...
    Et pourquoi pas un abécédaire


    votre commentaire
  •  

    Vous vous rendez compte ?!

     Ba quoi ?

    Le Chameau au Maroc !

    Et alors ?

    Mais enfin… Le Chameau va se retrouver au Maroc !

     Il est mieux là que sur la banquise, même si elle fond de plus en plus.

    Ha c’est vrai qu'elle fond, et c’est pas COP21 qui va changer quoi que ce soit : entre les Américains d’un côté qui ont déjà annoncé qu’ils veulent continuer à polluer sans qu’on leur cherche des poux et les Français de l’autre avec des ministres qui voyagent en jet privé, une construction d’aéroport qui détruira des hectares de zones préservées, tout comme le barrage de SIVENS, même si la surface est revue à la baisse,... Le climat ne va pas s’améliorer et la banquise continuera à fondre !

    Mais on s’égare......., ce n'est pas le sujet.... quoi que…

    Le Chameau au Maroc… il s’agit encore une fois d’une délocalisation d’un savoir faire Français !

     Ha... oui, ça…. Vous savez ça ne me botte pas trop cette histoire !

    Encore un jeu de mot absurde, mais il n’y a rien d’amusant : les 55 salariés de ce fabriquant de bottes haut-de-gamme implanté dans l'Orne ont appris que leur usine allait être délocalisée au Maroc

     Ba il fait toujours chaud là bas au moins !

    Ho…. il y a des coups de pieds aux fesses qui se perdent, avec ou sans botte !

    C’est sûr qu’avec les centaines de milliers de chômeurs en plus par an (toutes catégories confondues) ça ne vous étonne pas plus que ça !

    Mais quand même, si le nom de cette entreprise me permet de faire une accroche sur le thème de l’absurde, voilà un sujet sérieux : encore une preuve des ravages d’une politique libérale à outrance.

    Oui c'est vrai... Au train où ça va ce seront bientôt les entreprises publiques qui vont délocaliser au Maroc !

     


    votre commentaire
  •  

    « Sodome & Gommorhe » de Proust (troisième volume de « A la Recherche du Temps Perdu »), contient une des phrases les plus longues de la littérature française : 858 mots !

     

    Ça doit-être incompréhensible ?

     

    Vous vous dites que c’est totalement absurde de faire des phrases aussi longues ?

     

    Livrons nous à un petit exercice que certains pratiquent régulièrement : le copier/coller.....

     

    « Sans honneur que précaire, sans liberté que provisoire, jusqu’à la découverte du crime ; sans situation qu’instable, comme pour le poète la veille fêté dans tous les salons, applaudi dans tous les théâtres de Londres, chassé le lendemain de tous les garnis sans pouvoir trouver un oreiller où reposer sa tête, tournant la meule comme Samson et disant comme lui : « Les deux sexes mourront chacun de son côté » ; exclus même, hors les jours de grande infortune où le plus grand nombre se rallie autour de la victime, comme les Juifs autour de Dreyfus, de la sympathie — parfois de la société — de leurs semblables, auxquels ils donnent le dégoût de voir ce qu’ils sont, dépeint dans un miroir qui, ne les flattant plus, accuse toutes les tares qu’ils n’avaient pas voulu remarquer chez eux-mêmes et qui leur fait comprendre que ce qu’ils appelaient leur amour (et à quoi, en jouant sur le mot, ils avaient, par sens social, annexé tout ce que la poésie, la peinture, la musique, la chevalerie, l’ascétisme, ont pu ajouter à l’amour) découle non d’un idéal de beauté qu’ils ont élu, mais d’une maladie inguérissable ; comme les Juifs encore (sauf quelques-uns qui ne veulent fréquenter que ceux de leur race, ont toujours à la bouche les mots rituels et les plaisanteries consacrées) se fuyant les uns les autres, recherchant ceux qui leur sont le plus opposés, qui ne veulent pas d’eux, pardonnant leurs rebuffades, s’enivrant de leurs complaisances ; mais aussi rassemblés à leurs pareils par l’ostracisme qui les frappe, l’opprobre où ils sont tombés, ayant fini par prendre, par une persécution semblable à celle d’Israël, les caractères physiques et moraux d’une race, parfois beaux, souvent affreux, trouvant (malgré toutes les moqueries dont celui qui, plus mêlé, mieux assimilé à la race adverse, est relativement, en apparence, le moins inverti, accable qui l’est demeuré davantage) une détente dans la fréquentation de leurs semblables, et même un appui dans leur existence, si bien que, tout en niant qu’ils soient une race (dont le nom est la plus grande injure), ceux qui parviennent à cacher qu’ils en sont, ils les démasquent volontiers, moins pour leur nuire, ce qu’ils ne détestent pas, que pour s’excuser, et allant chercher, comme un médecin l’appendicite, l’inversion jusque dans l’histoire, ayant plaisir à rappeler que Socrate était l’un d’eux, comme les Israélites disent de Jésus, sans songer qu’il n’y avait pas d’anormaux quand l’homosexualité était la norme, pas d’antichrétiens avant le Christ, que l’opprobre seul fait le crime, parce qu’il n’a laissé subsister que ceux qui étaient réfractaires à toute prédication, à tout exemple, à tout châtiment, en vertu d’une disposition innée tellement spéciale qu’elle répugne plus aux autres hommes (encore qu’elle puisse s’accompagner de hautes qualités morales) que de certains vices qui y contredisent, comme le vol, la cruauté, la mauvaise foi, mieux compris, donc plus excusés du commun des hommes ; formant une franc-maçonnerie bien plus étendue, plus efficace et moins soupçonnée que celle des loges, car elle repose sur une identité de goûts, de besoins, d’habitudes, de dangers, d’apprentissage, de savoir, de trafic, de glossaire, et dans laquelle les membres mêmes qui souhaitent de ne pas se connaître aussitôt se reconnaissent à des signes naturels ou de convention, involontaires ou voulus, qui signalent un de ses semblables au mendiant dans le grand seigneur à qui il ferme la portière de sa voiture, au père dans le fiancé de sa fille, à celui qui avait voulu se guérir, se confesser, qui avait à se défendre, dans le médecin, dans le prêtre, dans l’avocat qu’il est allé trouver ; tous obligés à protéger leur secret, mais ayant leur part d’un secret des autres que le reste de l’humanité ne soupçonne pas et qui fait qu’à eux les romans d’aventure les plus invraisemblables semblent vrais, car dans cette vie romanesque, anachronique, l’ambassadeur est ami du forçat ; le prince, avec une certaine liberté d’allures que donne l’éducation aristocratique et qu’un petit bourgeois tremblant n’aurait pas, en sortant de chez la duchesse s’en va conférer avec l’apache ; partie réprouvée de la collectivité humaine, mais partie importante, soupçonnée là où elle n’est pas étalée, insolente, impunie là où elle n’est pas devinée ; comptant des adhérents partout, dans le peuple, dans l’armée, dans le temple, au bagne, sur le trône ; vivant enfin, du moins un grand nombre, dans l’intimité caressante et dangereuse avec les hommes de l’autre race, les provoquant, jouant avec eux à parler de son vice comme s’il n’était pas sien, jeu qui est rendu facile par l’aveuglement ou la fausseté des autres, jeu qui peut se prolonger des années jusqu’au jour du scandale où ces dompteurs sont dévorés ; jusque-là obligés de cacher leur vie, de détourner leurs regards d’où ils voudraient se fixer, de les fixer sur ce dont ils voudraient se détourner, de changer le genre de bien des adjectifs dans leur vocabulaire, contrainte sociale légère auprès de la contrainte intérieure que leur vice, ou ce qu’on nomme improprement ainsi, leur impose non plus à l’égard des autres mais d’eux-mêmes, et de façon qu’à eux-mêmes il ne leur paraisse pas un vice. »

    Marcel Proust, Sodome & Gommorhe volume I (1922)

     

     

    Voilà donc une phrase qui ne manque pas de caractères (858 mots – 4356 caractères, ponctuation comprise).

    Certains pensent peut-être faire preuve de caractère en abusant du nombre de caractères dans une phrase ?...
    Quitte à nous faire prendre une loupe faute de place...

    C’est sans doute absurde… N’est pas Proust qui veut !

     


    votre commentaire
  •  

    Aujourd’hui je dois vous faire une révélation :

     

    Ce qui m'intéresse dans les interpénétrations du professeur qui refuse de répondre au téléphone, c’est que, dans 20 % des cas, elles ont une capacité à convaincre mon petit cousin de prendre son petit déjeuner alors que les endives au jambon sont parfaitement cuites.

    absurdité Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué shadoks

    - Mais enfin c’est totalement absurde !

    - Heu… Oui ! Mais, c’est pas moi qui ai commencé !

    Lors d'un meeting à Limoges, ce mercredi 14 octobre 2015, NS (je ne donnerai pas le nom pour ne pas ternir l’image de cet ancien président… non je ne l’ai pas dit) NS, disais-je a déclaré :

     

    « Je voudrais leur dire qu'on a reçu le coup de pied au derrière mais que c'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur. » 

     

    Ha, alors ? Ça décoiffe non ?

     

    Bon, comme les réformes scolaires vont amener les générations futures à ce niveau très étonnant de maniement de la langue française, autant s’y préparer tout de suite...

    Devoir de vacances :

    Trouvez vous aussi une phrase bien absurde que vous pouvez mettre en commentaire.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique